Diversité des carrières

…et diversité à la sortie

Fonctions dans l’entreprise

A l’occasion des évaluations ministérielles pour le LMD3, nous avons procédé à une étude statistique du devenir de nos diplômés. Grâce à notre réseau d’anciens, appuyé depuis plusieurs années sur notre groupe LinkedIn, nous avons pu mené un sondage en remontant sur une dizaine d’années, avec un excellent taux de retour, plus de 50%.

Ce sondage fait apparaître avant la diversité des fonctions, des métiers et des secteurs, qui fait écho à la diversité de notre sélection à l’entrée du Master.

fonctions2

Quelques remarques s’imposent. La prédominance des fonctions « manager » montre que nos diplômés évoluent rapidement en terme de responsabilités au sein des entreprises . Au total, les fonctions « manager » et « assistant manager » représentent plus de 50% de nos diplômés. La surprise vient de la fonction « Board of directors » : pas moins de 8% de nos diplômés sont en situation de gérance d’entreprise ou ont créé leurs propres sociétés.

La fonction « Business development » (14%) se recoupe partiellement avec les managers, dans la mesure où certaines des sous-catégories se trouvent répétées pour ces deux fonctions dans la typologie que nous avons utilisée, par exemple : « sales » ou « analyst ». Le nombre de nos anciens dans des activités de business development est donc un peu sous estimé dans ces résultats.

Secteurs d’activités

Au total, on retrouve nos diplômés dans quarante secteurs d’activité différents ! Peut-on dire que le Master 2 Affaires internationales et négociation interculturelle ? Une chose est certaine : nos anciens semblent bénéficier d’un vaste spectre d’opportunités.

Malgré tout, il existe des tendances majoritaires, qui correspondent bien aux axes prioritaires du programme, comme le montre le graphique synthétique ci-dessous.

activites2

Economie de la connaissance et industrie sont les deux principaux secteurs. Ceci reflète bien l’accent mis dans le Master sur l’innovation et l’international, ainsi que le positionnement international d’une économie développée comme la France. C’est dans ces domaines qu’on trouve les industries les plus tournées vers les marchés internationaux.

Les deux autres catégories prédominantes, marketing, publicité, media et communication d’une part, et luxe d’autre part, sont aussi des secteurs où l’économie française bénéficie d’un avantage comparatif. Il est normal que là aussi se manifestent des besoins de recrutement de diplômés formés aux métiers de l’international.